Touche pas à ma connerie !

30 Oct

Ce qui est bien avec les vrais ennemis, c’est qu’ils ne nous déçoivent jamais.

Avec leur manifeste des « 343 salauds », Eric Zemmour, Fréderic Beigbeder et ses comparses m’ont fait le plaisir de bien rester dans leur rôle d’affreux.

Leur combat : s’opposer à la pénalisation des clients de la prostitution.

Leur but : faire chier les féministes.

Noble combat.

C’est bien, ils ont atteint leur but. J’en étais résolue à arrêter de m’énerver. J’avais résisté à écrire un article sur Guillaume Pley, qui ne le méritait pas. Mais là, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le tampon.

Et oui, finalement, nos « intellectuels » ne valent pas mieux que les potaches : tirer les couettes des filles et choquer la ménagère ou le bien-pensant reste un objet de délectation sans fin.

La joie de cette bataille rangée se retrouve même dans les noms des opposants. Le manifeste sera publié dans « Causeur », un magazine qui se revendique contre le « prêt-à-penser » et correspond tout à fait à cette mouvance conservatrice dont nous parlions dans notre article « défense de la bien-pensance ».

Nous avons donc d’un côté les féministes, avec « Causette », de l’autre les opposants à la pénalisation des clients avec « Causeur ».

Le nom  « Manifeste des 343 Salauds » fait référence de façon évidente au « manifeste des 343 salopes » de 1971.

Or, le « manifeste de 343 salopes » était une preuve de courage. C’étaient des femmes, dont certaines très connues, qui ont révélé sur la scène publique avoir recouru à l’avortement. On y trouve, entre autre, les noms de Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Catherine Deneuve, Brigitte Fontaine, Jeanne Moreau et Françoise Sagan.

L’idée était de faire changer les mentalités et de montrer que des femmes connues et respectées s’engageaient en faveur de l’avortement et reconnaissaient y avoir eu recours.

Elles s’exposaient à des poursuites pénales pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement puisque l’avortement était alors interdit par la loi.

La loi sur la pénalisation des clients de la prostitution n’est pas encore passée. Nos courageux signataires ne s’exposent donc qu’à peu de choses. A part se faire cracher dessus par les féministes peut-être. Mais ils avouent eux-mêmes aimer ça.

Les premières phrases du « manifeste des 343 salopes » sont les suivantes :

« Un million de femmes se font avorter chaque année en France.

Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples.

On fait le silence sur ces millions de femmes.

Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté.

De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre. »

C’était donc un manifeste pour, paradoxalement et malgré ce que les détracteurs de l’avortement pourront en dire, sauver des vies. Celles des femmes réduites à avorter avec des aiguilles à tricoter en dehors de toute structure médicale.

Les clients des prostituées sont-ils en danger ? Pas tellement. Ils risquent tout au plus de choper une MST lorsqu’ils exigent auprès de la prostituée l’absence de préservatif (et ils l’auront alors bien cherchée).

D’autant plus que nos petits salopiots se sont bien gardés de se mouiller. Autant les « 343 salopes » affirmaient publiquement avoir avorté, autant nos petits amis disent qu’ils ont été voir les putes OU BIEN que c’est le cousin de la belle-sœur du facteur qui y va.

Donc, en gros, ils revendiquent qu’on ne pénalise pas les clients mais ne se posent pas officiellement comme clients. Autrement dit, c’est normal d’avoir recourt au « plus vieux métier du monde » mais pas au point d’avouer publiquement qu’on le fait.

Nos petits amis sont malins. Ils se posent en victime et répondent par avance et par l’ironie à toutes les critiques qu’on pourrait leur faire.

Le manifeste a aussi un sous-titre qui rajoute la cerise sur le gâteau, le piercing sur le téton : « Touche pas à ma pute ».

Tiens, encore une référence savante. Ce ne serait pas par hasard SOS racisme qui avait mené une campagne intitulée « Touche pas à mon pote ».

Encore une fois, un parallèle percutant. Du génie à l’état pur. SOS racisme pousse les gens à protéger leurs connaissances victimes de racisme. Est-ce que les clients protègent les prostituées ? Est-ce qu’ils les invitent à dîner et cassent la gueule à leur Mac pour ne pas qu’il leur fasse des misères ? Je ne crois pas…

Elisabeth Lévy (parce que oui, il y a des salauds qui sont des femmes), directrice de rédaction du magazine Causeur entend défendre «le droit à la différence», «le droit de jouir» et  «la cause des hommes».

Le droit à la différence : très bien. Mais ça veut dire quoi le droit à la différence dans le cadre de la prostitution ? Le droit de varier entre Nigérienne, Estonienne et Poitevine ?

Le droit de jouir : breaking news –> c’est possible sans recourir à une prostituée (on peut aussi avoir des rapports sexuels non facturés avec une personne consentante, on peut aussi manger du chocolat…)

La cause des hommes : coucou les Masculinistes !

Ils affirment ne pas être : « les frustrés, pervers ou psychopathes décrits par les partisans d’une répression déguisée en combat féministe« . Oh mais mes petites agneaux, pas besoin de vous affliger de tels noms. Clients suffit. Consommateurs favorisant l’exploitation. Partisans bienveillants, rien de plus.

girls girls girls

Et de quelle répression s’agit-il quand il s’agit tout au plus d’une amende ? Oui, oui, du même genre que celle que vous recevez déjà parce que vous vous êtes garés sur un trottoir le temps de faire votre petite affaire.

Mais, c’est pire qu’une répression dont il est question, c’est un répression « déguisée en combat féministe ». En gros, le gouvernement s’est dit : « lilalilolu, qui on va embêter aujourd’hui ? Tiens, les clients des prostituées ! Mais il faut qu’on trouve une excuse… Ah je sais ! On va dire que c’est un combat féministe ! De toutes façons tout le monde les déteste donc on n’a pas grand chose à perdre. »

Bon, accordons une petite concession aux rédacteurs du manifeste. Ils condamnent le sexe «sans consentement»,«la violence» et «le trafic des êtres humains». Salauds, mais pas trop !

Eh dites j’ai une idée, pour faire ça on pourrait faire payer une « putotaxe » aux clients. Avec ces sous on mettrait plus de moyens pour démanteler les trafics et protéger les prostituées. Vous en pensez quoi ?

Nos petits amis du manifeste des 343 salauds s’inquiètent : « « Aujourd’hui la prostitution, demain la pornographie, qu’interdira-t-on après-demain ? »

Peut-être qu’après-demain on serait bien inspirés d’interdire les gros cons.

2 Réponses to “Touche pas à ma connerie !”

  1. Florent 30 octobre 2013 à 14:01 #

    En ce moment, la connerie est partout !
    Non seulement ces 343 salauds font de la m**** (et c’est insulté la nature que de dire ça), mais les féministes abolitionnistes sont vraiment aussi caricaturales et insultantes envers les prostitué-e-s http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-jeunes-pour-l-abolition-de-la-prostitution-vont-ils-trop-loin_1295098.html
    … sans parler de Causette qui fait dans le trash-vulgaire-dégueulasse avec son nouveau numéro transphobe, raciste et sexiste au possible http://yagg.com/2013/10/30/le-magazine-causette-derape-sur-la-prostitution/

    L’intelligence a bien du mal à s’imposer, et en attendant c’est les prostitué-e-s qui morflent… et qui restent invisibles dans le débat.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Touche pas à ma connerie, le retour | - 14 janvier 2014

    […] (ah non pardon, je viens de re-regarder et c’était "salauds") et leur "touche pas à ma pute", les "manifs pour tous" remettent le couvert avec un "Touche pas à mes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :