Problèmes existentiels féministes : N°1 être féministe et n’être ni vieille fille, ni lesbienne, ni moche

22 Sep

C’est la rentrée !

Donc qui dit rentrée dit nouveautés : nouveau cartable, nouvelles résolutions (tu sais, les bonnes résolutions comme on prend au nouvel an, à son anniversaire ou qu’on lit sur l’étiquette du dernier téléviseur HD*) et nouvelle catégorie d’articles sur ce blog.

Les féministes rencontrent des situations quotidiennes, qui leur posent des questions existentielles : Puis-je être femme au foyer et féministe ? Puis-je regarder Mad Men et être féministe ? Epilée et féministe ? Radine et féministe ? Un homme et féministe ? Eric Zemmour et féministe (ah.. bah non !) ?

N’hésitez pas à envoyer vos propres problèmes existentiels (par le biais d’un petit article ou d’une simple question si vous ne vous sentez pas l’âme proustienne) sur l’adresse mail du blog : lespiplettespoilues(at)hotmail.fr

IMG_4668

Premier Problème : être féministe et n’être ni vieille fille, ni lesbienne, ni moche.

Dans la société, il y a des boites (comme il y avait des Cactus dans le slip de Jacques Dutronc). Et dans ces boites on range les gens.

Pour être bien rangé, il faut être rangeable. C’est à dire qu’il ne faut pas être hétéro ET efféminé ou caissière ET intelligente.

Ces cases permettent de donner des explications simples et réconfortantes à l’ordre du monde : tu es gay parce que tu voudrais être une fille, tu es caissière parce que tu étais trop stupide pour faire un autre boulot…

Pour être féministe, il faut donc avoir une bonne raison. Et tu as le choix entre trois : soit tu es vieille fille, soit tu es lesbienne, soit tu es moche.

En gros, tu es féministe parce que tu es frustrée et/ou que tu hais les hommes.

Sinon, pourquoi continuer à emmerder tes potes, qui sirotaient tranquillou leur Ricard, juste parce qu’ils ont osé dire que la tenue de la serveuse était une incitation au viol ?

Avoue-le : En vrai, tu es jalouse de sa minijupe et ses jambes de gazelle.

Tu as la haine parce que tu es :

–       Vieille fille, ou moche, donc mal baisée

–       Lesbienne, donc ça t’énerve que ce soient des mecs qui se la tapent.

En résumé : Tu es frustrée. Donc tu dis des choses vilaines. Des choses caca. Des choses féministes.

Mais il y a un problème majeur. Et si on n’est ni vieille fille, ni moche, ni lesbienne (et même pas frustrée) ?

Alors on a vraiment un problème si on veut quand même être féministe.

C’est vrai quoi, pourquoi se faire détester par tout le monde quand on pourrait se contenter d’être belle, souriante, amoureuse, légère, charmante et enchantante ?

Même les féministes traitent les féministes qui sont trop jeunes, jolies et maquées de « féministes girly aux revendications convenues ».

Mais, il y a quelque chose qui m’échappe :

Est-ce incompatible d’être jolie et souhaiter la liberté, l’égalité et la fraternité entre les hommes et les femmes ? Est-ce impossible de faire un discours politique sensé avec une robe à fleurs (coucou Cécile Duflot) ?

Est-on obligée de brandir le sexe arraché de nos conjoints masculins pour faire passer nos idées ?

 Non, ça n’a aucun rapport.

Mais quand on ne rentre pas dans la case, on dérange.

Or, quand on défend posément nos idées, de façon logique et même, comble du stupéfiant, avec humour, nos interlocuteurs sont davantage disposés à écouter. Et il ça peut même (soyons fous !) les pousser à réfléchir et remettre en question leurs certitudes…

Alors, jeunes filles qui n’assumez pas vos idées féministes parce que vous aimez mettre des strings, promettez-moi une chose, ne commencez plus vos phrases par : « Je ne suis pas féministe mais…. ». Assumez-vous bande de moules !

Pour plus de problèmes existentiels féministes : cliquez ici.

 

* Attention, ceci est une blague pourrie !

Publicités

2 Réponses to “Problèmes existentiels féministes : N°1 être féministe et n’être ni vieille fille, ni lesbienne, ni moche”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Problème existentiel féministe n°2 : être radine et féministe | - 4 janvier 2014

    […] Dans la vie, les gens ont tendance à faire des féministes un être unidimensionnel. Les féministes se doivent de correspondre à tous les clichés, sinon c’est inacceptable, comme nous l’avions expliqué dans le premier opus de ces problèmes existentiels féministes : ê… […]

  2. Question existentielle n°3 : Pourquoi les féministes sont toujours énervées ? | - 3 septembre 2015

    […] Peut-on être féministe quand on n’est ni vieille fille, ni lesbienne, ni moche ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :