Faut-il fesser une féministe ?

28 Juil

Tel est le titre que Jooks aurait sans doute choisi pour cet article.  L’ayatollah du clic a trouvé la recette miracle pour enivrer le métrosexuel… et sa copine.

Jooks, c’est le site « qui veut devenir ton meilleur pote ». Tope-la mon pote, on va avoir des débats à n’en plus finir toi et moi.

Le site attire les foules avec ses titres accrocheurs et décalés comme :  « délicat : peut-on serrer l’ex d’un pote ? », « mais comment proposer un plan à trois à sa meuf ? » ou « dégueulasse : le pull sur les épaules ».

Toutes les conditions sont réunies pour que le facebookohlic se régale : des questions existentielles que tout le monde se pose, un format court et incisif, et du bon sens se gardant bien de remettre en cause tout idée préconçue. C’est selon certains : le magazine masculin que les hommes n’ont jamais eu. Comprenez : autant de remise en cause des normes sociales que Glamoule tout en se prenant pour Vrai Mec Magazine.

Car oui, jooks peut facilement devenir votre pote. En effet, jooks vous dit ce que vous voulez entendre.

Dans le petit monde de jooks, il y a trois catégories de personnes : vous, vos potos et les meufs.

Vous, avec pour centre de gravité votre bite, vous êtes un mec cool, sûr de lui, qui emballe plus de meufs que DSK n’a de tâches léopard sur sa robe de chambre. Vous, vous n’avez jamais aucun tort. Votre attitude de connard fini est savamment justifiée dans chaque article. Vous pouvez donc lire que c’est cool de baiser une fille et de la laisser sans nouvelle (c’est le jeu ma pauvre lucette), que c’est bien normal de vouloir faire un plan à trois mais qu’il ne faut pas déconner non plus : c’est mec-fille-fille ok ? parce qu’un plan à trois ça sert avant tout à assouvir votre désir de porno lesbien. Pour cela, ne pas hésiter à s’attaquer à des filles sortant d’une longue relation et exploiter leur désir de s’éclater.

L’amour, c’est pour les meufs, les tafioles et les tamagochis.

Après, il y a les Potos. La catégorie la plus important après vous. Comme on dit hein : « Bro’s before hores ».  Il ne faut absolument pas qu’une relation vienne perturber les parties de Call of Duty, sauf si c’est pour amener du poulet et des frites cuisinées avec amour. Mais qu’elle ne s’avise pas de venir essayer de discuter, surtout si c’est avec un de vos potes parce que les filles sont toutes des salopes. Sauf maman.

Les femmes tiens, parlons-en. Les meufs ! Autrement dit des êtres très relous mais qui ont des seins et un vagin et ça, c’est bien. Bon, par contre, c’est bien si elles ne prennent pas trop de place dans votre vie. C’est un peu le précepte de Jon Lajoie : « I don ‘t want to have sex with your personality and I can’t put my penis on your college degree ». En fait, le rêve ce serait un peu une poupée gonflable qui fasse la cuisine et le ménage.

Les pires de toutes sont les féministes. Parce que ce sont des meufs qui refusent de jouer leur rôle de meuf. Ce sont des meufs un peu terrifiante parce qu’on ne peut pas rigoler avec elles. Elles prennent tout à cœur. Oulala, à fuir comme la peste !

 

Alors, c'est qui qui m'a tapoté la fesse ? hein ?

C’est qui le chef ici Roger ?

 

D’ailleurs, qu’est-ce que cet article ? Un réquisitoire d’une féministe enragée contre un site somme toute inoffensif. Voilà ce que tout bon lecteur de jooks dira de cet article.

Mais le site Jooks est-il si inoffensif que ça ?

N’est-ce justement pas le machisme le plus quotidien, le plus ancré et celui qui semble le plus léger qui est le plus néfaste ?

Les articles de Jooks donnent l’impression d’être plus réalistes que machistes, parce que notre société l’est. Beaucoup de filles lisent Jooks et pensent y apprendre la vérité sur les hommes et ce qu’ils attendent d’elles. Or, l’image de la femme qui y est donnée est tout sauf réjouissante (celle des mecs non plus d’ailleurs et heureusement qu’ils ne sont pas tous comme ça).

Comme quelques exemples valent mieux qu’un long discours, voici un petit florilège de citations tirées du site :

 Sur l’utilisation des photos de son ex nue :

« En plus d’être potentiellement excitants, ils sont la trace d’une époque où vous pouviez faire tout ce que vous vouliez de cette meuf, et même la prendre en photo avec votre teub dans la bouche. Ils sont les vestiges de votre glorieux passé, comme n’importe quelle photo-souvenir finalement. »

Comprendre : vous contrôlez votre meuf. Une relation sexuelle est un rapport où vous la dominez et c’est fort réjouissant.

 

Sur votre copine qui fait du Topless :

« D’autres facteurs peuvent aussi rentrer en compte. Si elle a des seins horribles, par exemple. La, c’est gênant. Mais bon, si elle n’est pas gênée d’exhiber ses gants de toilettes, c’est plutôt elle qui un a un problème… »

Comprendre : Une fille ne peut assumer son corps que s’il est sublime, sinon elle ferait mieux de mettre une burqa. Le reste de l’article explique en passant que les gros nibard c’est quand même le top mais que c’est abusé de les montrer aux potos.

 

Sur le silence radio pour conclure une relation :

« Elles rentrent dans une rage folle. Cela agit comme une aiguille sur une partie de leur cerveau, et elles en perdent la boule.
Bon, cela finit toujours par se calmer, généralement après une ultime bordée d’insultes sur votre répondeur, qui resteront elles aussi sans réponse. Les confortant dans ce que leur mère et leur vie leur ont enseigné depuis bien longtemps : les hommes sont des merdes.

Ce n’est donc pas votre faute. »

Comprendre : ayez la conscience tranquille, vous ne faites que confirmer la règle. Et mars, vénus, ton cul, tout ça, tu vois quoi !

 

Sur la fessée :

« Forts de ces avis, nous conclurons en disant qu’il faut le faire si on le sent bien, si on est dans le bon rythme, dans le bon flow. Et que si la meuf le prend mal, c’est probablement que c’est une relou, voir pire, une féministe. Dans ces cas-là, mieux vaut probablement aller fesser le cul de quelqu’un de plus relax. »

Ah ça y est, on y est ! L’horrible féministe. Si une meuf ne veut pas qu’on la fesse, elle est soit relou, soit féministe. Notez le glissement : féministe = tendue du string. Une féministe n’est pas relax, une féministe est hystérique. Et bien sûr il est ABSOLUMENT exclu qu’une féministe aime les fessées. Non non, le trip sexuel d’une féministe c’est d’émasculer.

 

Sur le plan à 3 :

« Si elle a le mauvais goût de dire d’accord pour un plan à 3, mais avec un autre mec, coupez court à la conversation. A moins d’être résolument libertin, vous allez vous faire mal, à jouer à ce petit jeu, et de fil en aiguille vous pourriez bien devenir le dindon de la farce. Non, non on parle bien ici d’un MFF (male-female-female), comme on l’appelle dans le jargon spécialisé, et pas d’autre chose.
Faut pas déconner, non plus »

Comprendre : Avoir des désirs et des fantasmes, c’est de très mauvais goût pour une femme. Sauf si on peut manipuler ses fantasmes pour qu’ils correspondent aux nôtres (ce qui est expliqué dans la suite de l’article). Vous pouvez tenter de ramener dans le lit conjugal la meilleure amie de votre copine sur qui vous fantasmez, par contre un autre mec risquerait d’avoir une plus grosse bite que vous et ça, c’est inacceptable !

 

Sur  les filles qui fument de la weed :

« La plupart des meufs, et c’est probablement légitime, aspirent en gros aux mêmes choses: être jolie, amoureuse, bien habillée, avoir un taf intéressant, sortir, faire des trucs, voyager, etc…
Non pas que fumer les aide à obtenir tout cela. Mais par contre, cela les aide à ne pas y penser et donc à ne plus nous faire chier! »

Au début, on dirait presque qu’on va être soulagée. On a tiqué à jolie, ensuite pour amoureuse et bien habillée, bon heu pourquoi pas, la suite semblait très prometteuse. Et la BIM, en fait ça, on s’en tape, nous tout ce qu’on veut c’est qu’elles nous fassent pas chier. Puisque par nature femme = chiante. Une seule solution les gars : le GHB au petit déjeuner.

 

Sur les pieds moches :

« Les pieds d’une femme, c’est particulier. C’est l’une des seules parties de son anatomie (avec son vagin et ses mains peut-être) qu’elle ne peut pas vraiment modifier, améliorer, uniformiser.

Après tout, si elle avait un bec de lièvre ou un strabisme, vous ne vous poseriez pas tant de question, ça serait bye-bye. »

 

Je n’avais jamais pensé à uniformiser mon vagin et je peux difficilement modifier mes coudes ou mes lobes d’oreilles, donc je me demande d’où sort cette vérité générale. Ensuite, notez encore une fois que si une fille a quelque chose « qui cloche », elle doit se faire « uniformiser » sinon il est exclu d’envisager quoi que ce soit avec elle.

 

Vivre chez sa meuf :

« Vous serez débarrassé des problèmes de loyer, de factures, et même probablement du ménage et de la bouffe. Le fait d’être chez elle la rendra plus accueillante, plus disposée à vous mettre au beurre, que si vous aviez réellement emménagé ensemble. (…)En plus, quand vous êtes là, chez elle, devant The Voice, à déguster un petit cordon bleu qu’elle vous a préparé avec amour, vous n’êtes pas en train de courir les culs en ville. Donc, oui, elle est gagnante, oui elle est contente. »

 

Aime-t-on les filles qui font des blagues ? :

« Par simple goût ou par besoin d’exister, certaines filles se spécialisent dans la farce et la gaudriole. A tort ?

Comme en cuisine ou en musique classique, les maîtres de l’humour sont des hommes. Ce n’est pas machiste de le constater, c’est un fait.

Déjà, parce qu’elle est moche. Contrairement à ce que veut nous faire croire le Grand Journal, avec ses miss météo bombesques dont un auteur écrit les textes, les filles jolies ne sont pas drôles. Ce n’est pas ce qu’on attend d’elles, et elles ne sont pas formées pour ça .

Qui a envie de sortir avec un clown ? Question d’orgueil, sans doute. L’homme est un animal susceptible, et il ne souhaite pas que sa femme le rabaisse à coup de vannes cinglantes et de blagues humiliantes. Le comique, c’est lui, ou c’est personne.

D’ailleurs, mesdemoiselles, puisque vous êtes nombreuses à nous lire, sachez qu’un mec sur deux qui vous parle voudrait bien vous baiser. Et que c’est la seule raison pour laquelle il rit à vos traits d’humour. C’est nerveux, c’est poli, c’est hormonal. Mais ça ne signifie pas que c’était marrant, ce que vous disiez. »

Comprendre : Ah ouais mais nan mais quand c’est une meuf c’est pas pareil tu vois…

Combien de fois on l’a répété : le fait de posséder un vagin rend relou. Donc c’est pas la peine d’essayer d’être sympa. Être baisable suffit.

 

Ah et au fait : Oui, on peut baiser une féministe. Attention cependant : elle risquerait d’être drôle, intelligente et d’aimer les fessées. Bonne chance !

 

Inédit : Ces féministes qui sont sympas avec les mecs !

Inédit : Ces féministes qui sont sympas avec les mecs !

Publicités

Une Réponse to “Faut-il fesser une féministe ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les limites floues de « blurred lines » | - 13 octobre 2013

    […] réactions ? Justement parce que cette chanson et ce clip sont sympathiques. Un peu dans la lignée Jooks, le site qui veut devenir ton meilleur pote, « Blurred lines » est le tube qui veut devenir ton meilleur […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :