Belle et Rebelle ou Moche et Remoche ?

30 Sep

Ô joie ! Exclamation de bonheur orgasmique de la part des féministes ! Enfin un dessin animé progressiste et incitant les petites filles à s’émanciper !

De quel film s’agit-il ? De « Rebelle », le dernier film Disney Pixar.

Pour une fois, nous n’aborderons pas dans cet article la question des poils (de tête en l’occurrence) puisqu’un très bon article de Slate l’a déjà fait pour nous.

Pour ce qui est de la Roussitude et de la bouclitude de la donzelle, c’est donc réglé.

Grâce à Mon doctorat en Disneyologie spécialité dialogues, personnages et chansons, je vous propose de revenir sur l’évolution des princesses de Disney des origines jusqu’à aujourd’hui. En effet, malgré un « il était une fois » récurrent, les princesses ne sont pas toutes de la même génération.

Blanche-neige et Cendrillon, les princesses souillons

Elles sont toutes les deux des princesses par leur naissance mais sont réduites à faire le ménage par leur belle-mère tyrannique. Elles le font de bon cœur en chantant de charmantes chansonnettes.

Blanche-neige, première princesse de Disney a la palme de la bonne petite femme au foyer. Elle aime « siffler en travaillant » (alors qu’en vrai, faire le ménage, c’est plutôt « souffler en rouspétant »). Traquer la poussière et faire des tartes aux pommes, c’est sa passion. Vous pouvez lui mettre autant de vieux garçons verticalement défavorisés (aujourd’hui, on ne dit plus « nain », c’est insultant) dans les pattes, rien n’entame son plaisir de nettoyer. Après, pour se remettre de ses émotions, elle va se coucher en attendant que son prince charmant rentre du boulot.

Et pourtant, on aurait pu imaginer un scénario totalement différent. Blanche-Neige aurait très bien pu faire des concours de glaviots avec son prince. Preuve en est ce détournement.

Cendrillon, elle, a un joli petit fichu sur la tête. Elle se trouve très jolie comme ça alors elle se regarde dans les bulles sortie du seau de la serpillère.

On pourrait dire qu’à la fin c’est cool parce qu’elle redevient une princesse. Mais dans Cendrillon 2 (une des suites de Disney les plus débiles), Cendrillon se dit qu’elle en a marre d’être une princesse et que c’était carrément mieux de faire le ménage. Chassez le naturel…

La belle aux bois dormants, l’ancêtre de la « Blonde »

Alors s’il y a bien une princesse qui n’a pas inventé la poudre à couper l’eau chaude, c’est bien Aurore. Les bonnes fées qui se sont penchés sur son berceau lui ont donné la beauté, la grâce, une jolie voix mais elles ont oublié de lui donner l’intelligence. C’est la princesse de Disney qui parle le moins (si, si, il y a des gens qui ont fait des études là-dessus…) et quand elle ouvre la bouche on se dit qu’elle aurait pu s’abstenir.

Dans ses relations avec le prince Philippe, elle joue la biche effarouchée alors que 2 minutes avant, elle fantasmait sur le prince de ses rêves avec son ami le hibou. Elle faisait sa coquine tout ça tout ça, elle minaudait. On pourrait se dire : très bien, c’est pas une fille facile. Que nenni ! Quand Le Prince Philippe lui dit qu’il veut la revoir, elle a autant de volonté qu’une moule :

«  Elle : Au revoir.

Lui : – Mais quand vous reverrai-je ?

-Oh jamais ! Jamais !

-Jamais ?

-Disons, un jour peut-être !

– Quand, demain ?

-Oh non ! Disons ce soir !

– A quel endroit ?

– A la cabane ! Dans le vallon ! »

Ah bah BRAVO ! Clap clap clap ! Quelle constance ! Coquine va !

Elle aussi elle pionce pendant que le prince se tape tout le boulot.

Petite digression : Parlons métaphores. La mode actuelle dans la recherche littéraire est à la « psychanalyse des contes de fées ». La pénétration dans le château pour délivrer la belle serait une métaphore de la pénétration sexuelle. Si les ronces qui entourent le château symbolisent les poils, je vous laisse imaginer ce qu’il en serait avec l’épilation intégrale…

(ah bah ça y est, j’ai parlé de poils… je suis incorrigible.)

D’ailleurs en fait, j’avais déjà abordé ce sujet dans un autre article.

  • La petite sirène, avait soif de liberté mais s’est fait pêcho

Avec la petite sirène, on atteint déjà un autre niveau de caractère. Arielle c’est une sacrée louloutre (oui, je suis d’humeur à faire des jeux de mots débiles aujourd’hui). Elle n’a pas envie de devenir une pouf comme ses sœurs et ça met son papa un peu en colère :

Alors, comme Arielle est une ado caractérielle, elle fugue.

 

 

Lorsque Ursula, la sorcière des mers, la change en humaine, elle lui demande sa voix en échange. Alors Arielle lui dit qu’elle ne pourra jamais pécho si elle ne peut plus parler. Mais Ursula lui explique : «tu as de l’allure, une frimousse d’ange et ne sous-estimons surtout pas le langage du corps ». En gros, sois belle et tais-toi. Alors au début sa marche avec Sexy Eric mais dès qu’une jolie brunette passe sur la plage, BIM, il abandonne la rouquine. Bon alors soit disant il a été ensorcelé mais ça c’est facile comme excuse hein ! Non, non Eric, on ne nous la fait pas à nous ! Assume le fait que tu as abandonné une femme handicapée pour une autre que tu as décidé d’épouser sur un coup de tête… C’est petit, c’est tout !

Une magnifique métaphore est d’ailleurs possible puisque cette charmante jeune fille est belle à l’extérieur mais laide à l’intérieur (puisque c’est en fait Ursula). Mais Arielle a plein de potes qui viennent pourrir le mariage. Fallait pas toucher à son mec BITCH !

Bon et au final c’est encore le prince qui la sauve et ils se marient et ont beaucoup de petits tétards…

La Belle et la bête, ou comment tu peux tomber amoureuse d’un moche quand tu es belle et intelligente

La première princesse vraiment « intelligente », c’est Belle. Vu qu’elle est intelligente, elle ne se laisse pas avoir par Gaston, le Don Juan du village. Mais vu qu’elle est intelligente elle sait voir au-delà des apparences et elle tombe amoureuse de la bête. Mais en fait, elle elle reste belle donc c’est elle qui fait l’effort, pas lui…

Une belle leçon de tolérance qui ne va que dans un sens. La femme doit être belle et l’homme avoir un capital économique (puisque la Bête a un château plutôt sympa et une armée de domestiques).

Jasmine, Pocahontas et Mulan et les limites de la Rebellitude

Ces trois princesses ont des caractères de cochon et ça, ça fait plaisir. Elles ne sont pas d’accord avec l’ordre établi. Toutes les trois on veut les marier et elles ne veulent pas.

Jasmine envoie son tigre de compagnie bouffer les fesses de ses prétendants. Elle finit par s’enfuir de chez elle parce qu’elle a envie de se faire des potes. Eh oui, à l’époque et dans son pays, elle n’avait pas accès à Facebook pour tchatter avec ses copines princesses…

Elle est loin d’être stupide et elle n’est pas du tout contente qu’Aladdin l’ai prise pour une lanterne (magique) en lui faisant croire qu’il était un prince.

Jasmine ne se contente pas de laisser Aladdin tout faire pour la sauver et elle va même jusqu’à embrasser Jafar pour détourner son attention. Mais bon, elle finit par se faire enfermer dans un sablier géant ( WTF? ) et elle se fait sauver au bout du compte… Encore une vocation de super héroïne ratée…

Après, il y a Pocahontas, qui n’hésite pas à se mettre en danger pour sauver son blondinet. Elle finit par le laisser partir. Au final, au détour de la rivière elle n’a pas obtenu grand-chose de la liberté qu’elle espérait… et quand on sait comment ont fini les indiens d’Amérique c’est pas très reluisant. D’ailleurs, ce qui est révoltant, c’est que dans « Pocahontas 2 » (qui est une daube infinie) elle vient en Angleterre et John la laisse tomber comme une vieille chaussette… Ingrat que tu es John Smith (avec ta coiffure toute pourrie) !

Et ensuite, il y a Mulan ! Alors ça c’était dans la bonne graine de riz cantonnais ! Elle s’habille en homme et elle sauve toute la Chine. Et quand on sait le monde qu’il y a en Chine, il y a de quoi être impressionné !

Ce n’est pas en dandinant des fesses qu’elle séduit l’élu de son coeur mais en se les musclant.

Dans cette chanson on voit qu’elle vaut aussi bien (voire plus) que les garçons.

Mission accomplie alors ? Pas tout à fait…

Au final elle rentre chez elle avec le beau Tchang (c’est bien ça son nom non ?). Elle a montré qu’elle avait réussi à trouver un mari par un autre biais qu’en se poudrant le nez (ou en se couchant dans un cercueil de verre pour l’attendre)… (En Chine, même aujourd’hui, le mariage reste une préoccupation centrale, comme nous l’avait expliqué cet article)

Précisons ici que se marier n’est pas contradictoire avec une vocation féministe mais le message reste que trouver un homme à épouser resterait le but ultime de chacune. Toute princesse doit trouver son prince, sinon c’est la loose.

(On peut signaler au passage la princesse du film « La princesse et la grenouille » qui est noire et rêve de monter son entreprise et se retrouve confrontée à un prince complètement incapable …)

Merida

Alors là, chapeau, rien à dire. Comme Arielle, elle est rousse. Comme Jasmine, elle ne veut pas qu’on la marie. Comme Mulan, elle est vaillante et courageuse. Elle escalade des montagnes, elle fait du tir à l’arc…

J’ai eu peur jusqu’au bout qu’elle rencontre un prince (genre que l’âme du beau prince d’autrefois soit libérée de l’ours terrible), mais en fait non. Les vraies héroïnes du film, ce sont sa mère et elle.

Malgré le courage dont il fait preuve et le fait qu’il est un personnage ultra-cool, son père ne sert pas à grand-chose à part poursuivre des ombres d’ours dans tout le château.

A la fin, au lieu de rentrer dans le rang, Merida incite sa mère à en sortir. Elles font du Poney dans les highlands en s’amusant comme des petites folles.

Selon certain critiques américains, Merida serait gay. C’est vrai que ses prétendants sont tellement sexys qu’on comprend mal comment elle peut résister… Bah oui, on en revient à nos considération précédentes : si ton but ultime dans la vie n’est pas de trouver un mari, tu n’as rien compris.

Ce film a été inspiré à la réalisatrice par sa propre fille, donc peut-être que ce sont les évolutions de la société qui influent sur l’évolution des princesses et non l’inverse. Alors les filles on sort de son cercueil en verre, on se prend en main et on va prendre des cours de tir à l’arc !

Publicités

4 Réponses to “Belle et Rebelle ou Moche et Remoche ?”

  1. Ibelieveinmiracles 30 septembre 2012 à 12:09 #

    « Aaaah mais ça va pas hein? Je vais appeler ma copine la sorcière et je te jure elle va te transformer en crapaud et tu pourras toujours proposer des cunis!! » 😀 😀 😀

  2. Solene 30 septembre 2012 à 12:53 #

    Super article ! Contente de voir que je ne suis pas la seule scandalisée par Pocahontas 2…

  3. Merdasse 21 octobre 2012 à 15:35 #

    Je n’ai pas du tout aimer « Rebelle ».
    Elle a quand même osé changer sa mère en ours !
    Autant la tuer !

    • lespiplettespoilues 21 octobre 2012 à 17:16 #

      dans le film, c’est quand même une erreur.
      Je ne pense pas que ce soit équivalent à la tuer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :