Un combat au quotidien

14 Mar

Aujourd’hui, un article de J. (dont vous pouvez retrouver le blog ici : http://zinzolin.webnode.fr/

La vie d’une femme est parsemée de moments forts dont elle sait immédiatement qu’ils marquent un point de non-retour.

Non, cet article n’est pas destiné à dénoncer les affres des premières règles, ou la douleur de la maternité. ( Il fait bien plus fort. Car ce dont il ) Mais du drame que des millions de femmes à travers le monde vivent chaque jour: l’épilation des sourcils.

Même si c’est moins le cas actuellement (ok, excepté sur ce blog), on croisait par un temps beaucoup d’articles traitant de la dictature des poils. Le maillot, les jambes, les aisselles, la moustache, et même les tétons sont passés à l’analyse. Mais quid des sourcils, hein, quid? Je vous le donne en mille: que dalle.

Or, si l’épilation du maillot et des aisselles ont en commun d’être foutrement douloureux (sauf si vous êtes un(e) warrior de l’épilateur, auquel cas toutes sensibilité dans les zones susmentionnée n’est plus qu’un souvenir), elle ont l’honnêteté de vous laissez la paix à intervalle régulier. Et il y a toujours possibilité d’être atteinte d’une crise de flemme aigüe en période hivernale (à des degrés divers, j’en conviens). Alors que le sourcil, lui, ne vous laissera jamais tranquille.

Revenons aux origines de ce drame.

Un jour, généralement entre 12 et 17 ans (*alerte chiffres arbitraires*), vos yeux sont tombés sur la pince à épiler de votre maman/soeur, mystérieusement (mais plus pour longtemps) posée en permanence sur le lavabo de la salle de bain. Puis votre regard est retourné à votre reflet dans le miroir. Pince à épiler – miroir – pince à épiler. De là, soit vous avez cédé à la folle pulsion de vous en servir immédiatement, soit vous avez sagement demandé de l’aide à la propriétaire de la pince, soit vous avez plus sagement encore fait un tour chez une esthéticienne.

De ce jour, et des expériences qui ont suivi, votre savoir sur les choses du monde s’est enrichi de quelques nouvelles règles:

1) Une épilation des sourcils peut totalement changer les expressions qui se dégagent de votre visage. Autant dire, une épilation ratée peut vous semi-défigurer. Et si vous pouvez toujours enlever après coup les poils excédentaires, il va falloir se lever tôt le matin pour faire repousser en 30 minutes ceux que l’enthousiasme a emporté un peu trop vite. (on pourrait se lancer dans une étude statistique sur le sujet: pourquoi les poils correctement épilés repoussent 5 fois plus vite que ceux qu’on voudrait voir revenir fissa?)

Le summum de l’horreur (après les sourcils totalement rasés): les sourcils trop écartés. Ou comment avoir l’air stupéfaite en permanence.

Nooooooooon ! Pourquoi un monde si cruel ?

2) A moins d’être blonde (et encore), ou le genre de filles qui ont hérité d’un capital génétique « sourcils naturellement parfaits », vous ne pourrez plus vous en passer. Or, l’entretien des sourcils, c’est tous les jours, ou tous les deux jours (ok, toutes les semaines quand vous êtes une flemmarde-aventurière-inconsciente de mon envergure). La malédiction mensuelle des tampons, à côté de ça, c’est du pipi de chat (cf point numéro 1)

3) La symétrie est une notion empiriquement inexistante.

4) Une bonne pince à épiler, c’est cher. (surtout quand vous en perdez une tous les 3 mois) Mais vous n’avez pas vraiment le choix, puisqu’une mauvaise pince à épiler ne fera que prétendre avoir attraper le poil visé, sans jamais l’arracher (par contre, tous ceux autour..)

5) Une bonne pince à épiler, et qui dure n’existe pas. Ou alors, elle aime se cacher dans les reçois les plus ridicules de votre salle de bain appartement.

En résumé: les sourcils, ça craint. Tous les jours.

Publicités

Une Réponse to “Un combat au quotidien”

  1. Maïlys 14 mars 2012 à 22:40 #

    j’ai vu une petite fille dans une poussette l’autre jour… même pas 1 an qu’elle était déjà à 2 poils de rivaliser avec Emmanuel Chain
    pauvre enfant… si elle savait!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :