la clope ou la carotte ?

15 Sep

« Bonjour, vous avez du feu ? »…

LA technique d’approche à deux balles… Si simple, si connue et pourtant si efficace…

Mais… problème majeur : et si la personne ne fume pas… ?

Réponse : la personne est naze ! Donc indigne d’un quelconque intérêt…

Elle est à ranger dans la même case que ceux qui ne boivent pas d’alcool, ceux qui restent au bar toute la soirée parce qu’ils disent qui ne savent pas danser et ceux qui n’aiment pas le chocolat.

Eh oui, quand on ne fume pas, on passe pour un(e) relou ! Non, non, ne mentez pas, ne faites pas le coup de « mais t’as tellement de chance de ne pas fumer…. J’aimerais pouvoir arrêter moi ».

Non, non, fichtre zut,  on le sait tous : quand on fume, on a la classe !

Lucky luke n’a jamais perdu autant de Sex appeal qu’en troquant sa cigarette contre une ridicule petite brindille de blé.

Transformation power rangers de la lose...

NB : ça fait deux fois que je parle de Lucky-Luke sur mon blog… après il ne faut pas que je m’étonne si tous les gens qui tapent « Lucky Luke » tombent dessus… (d’ailleurs ça vaut aussi pour « unijambiste » et « carottes »… j’ai des références culturelles étranges…)

Pour en revenir à notre sujet : oui, bien sûr, tout le monde sait que fumer a plein de désavantages. Entre autre, ça oblige à voir régulièrement sur son paquet de cigarettes des images immondes de gens avec des tumeurs purulentes (rien que le mot coupe l’appétit, non ?) ou que :

Mais pas ceci :

A notre époque, l’ambiance est à la culpabilisation permanente :

tu vas mourir parce que :

–          tu vas attraper le Sida

–           tu manges trop gras ou alors du concombre allemand

–          un accident nucléaire/une tornade/un tsunami/un tremblement de terre/ va détruire la planète et parce que c’est la fin du monde en 2012

–          tu pollues parce même ton vélo est fabriqué en métal, donc tu accélères le réchauffement climatique donc la fonte des glaces donc tu vas finir noyé

–          tu vas être mangé par un dinosaure

–          tu FUMES !

Mais, pour t’éviter une mort certaine, voici la solution : à l’ère du bio, au lieu de fumer, mangeons des carottes.

un paquet de 20 carottes

Illustrations :

  • La Classe N°1 : je fume en soirée

Fumer au cours d’une conversation en soirée, ça donne une certaine allure. Parce que quand tu as un verre dans la main, tu sais rarement quoi faire de ton autre main. Tu la mets dans ta poche, sur ta hanche, dans ton dos, dans ta culotte… mais elle est désespérément inoccupée.

Alors que quand tu as une cigarette, tu tires une taffe…tu acquiesces ou tu secoues la tête en recrachant la fumée avec un air inspiré (sans oublier de mettre tes sourcils en quinconce).

Fumer permet de faire des poses oratoires : « Et là je lui ai dit…. taffe….tu ne me refais jamais un coup comme ça…taffe…. Si tu me repiques mon dessert ….taffe…. jte bute ! »

Et puis fumer ça fait briller les yeux (à cause de la fumée, mais ça c’est un « secret-love  ♥ » (je suis sûre qu’il y a déjà eu un article dans Glamoule à ce sujet)).

Bref : c’est la classe !

  • L’alternative N° 1 : amener son paquet de 20 carottes en soirée

Tu arrives à une soirée, tu ne connais pas grand monde. Tu sais que LE  lieu pour faire connaissance, c’est dehors, avec les fumeurs.

C’est là que les gens discutent vraiment, c’est « the place to be ». Mais voilà, tu ne fumes pas…

Pas de panique ! Il suffit que tu aies pensé à amener ton paquet de 20 carottes.

Si tu avais fumé,  tu aurais fait le choix des roulées, parce que tu aimes aussi le geste qui consiste à rouler consciencieusement sa cigarette tout en discutant ?

Il te suffit de choisir les carottes non-épluchées. Pendant que les autres roulent leur clope : tu sors ton économe et tu épluches consciencieusement ta carotte. Ensuite tu peux à ton tour faire des pauses oratoires :

« Non mais le problème avec les retraites…. crunch…. c’est qu’elles ne touchent que les vieux… crunch…donc le moment de ta vie où tu profites moins de tes vacances….crunch…donc je propose…crunch… qu’on soit à la retraite avant de travailler ».

On perd le bénéfice de la fumée, mais les carottes donnent les joues et les fesses roses et rendent aimable. (oui, moi non plus j’ai jamais compris pourquoi ça rendait aimable… je crois que nos parents nous on vraiment raconté n’importe quoi quand on était petits…)

Bref : un jour, ce sera la classe !

  • La classe N°2 :  je fume après l’amour

Ça y est, grâce au potentiel de Cow-boy/vamp dont t’as doté ta façon si sensuelle de fumer, tes pauses oratoires, tes yeux brillants et ton air mystérieux, tu l’as ramené(e) chez toi.

Vu que c’est difficile du fumer PENDANT l’amour, ton amie la cigarette te retrouve après.

Tu te lèves, et vas fumer à la fenêtre en regardant les étoiles. Tu as l’air détaché(e), romantique…

Bref : tu as la classe !

  • L’alternative N°2 : croquer la carotte

Couchés dans le lit, vous êtes tout à fait détendus. Tu ouvres le tiroir de ta table de nuit. Prend une carotte, en propose une à la personne qui partage ton lit. Vous mangez votre carotte en regardant le plafond. Vos croquements se répondent en choeur…

Bref : Si si, je vous jure, un jour ce sera la classe…

  • La Classe N°3 : je fume pour tuer le temps

Tu as un rendez-vous ou tu attends ton métro/tram/train, mais voilà, tu es en avance. Tu as l’air un peu bête et tu sens que ta solitude et ton ennui sautent aux yeux de tous les gens qui t’entourent. Alors tu bidouilles ton téléphone, mais tu arrêtes rapidement parce que tu te rends compte que ça te fait vraiment ressembler à un(e) ado… Alors tu sors une clope. En fumant tu as l’air d’avoir une occupation vraiment constructive : tu peux regarder dans le vide en recrachant ta fumée d’un air inspiré (alors que sans, tu as l’air d’un fonctionnaire dépressif qui attend ses transports en commun).

Cependant, cette pratique est tout un art puisque pour avoir vraiment la classe, il ne faut pas fumer d’un air compulsif (« aaaaah Nicotiiiine !!!! ») mais vraiment d’un air de dire : « J’ai tout mon temps et là… taffe… je pense au sens de la vie ».

Bref : Même si on te pose un lapin ou que tu as loupé le dernier métro : tu as la classe.

  • L’alternative N°3 : la carotte en cas de lapin

Tu arrives sur le quai (ou sur le lieu de ton rendez-vous), tu sors ta carotte, ton économe, et tu l’épluches tranquillement, en regardant ailleurs avec un air inspiré. Selon la situation, deux choses peuvent se produire :

–          S’il s’agit d’un rendez-vous,  la personne arrive et te demande si tu n’as pas attendu trop longtemps. Réponse : « Non, non, c’est bon, t’inquiète, j’en ai profité pour manger une carotte, t’en veux une ? ».

–          S’il s’agit d’un moyen de transport. Tu pourras te lever pour aller jeter tes épluchures, lorsqu’il arrivera, pour faire semblant que ce n’est pas du tout parce que tu es en stress de rater ton train/tram/bus que tu es arrivé 20 minutes en avance.

Bref : un jour, il n’y aura plus besoin d’interdire de fumer sur les quais de gare, chacun sera avec sa carotte… et il aura la classe !

  • La classe n°4 : Je fume quand je ne sais plus quoi dire

Parfois tu marches avec quelqu’un dans la rue ou tu es avec un collègue à la pause café… et tu n’as absolument rien à lui dire… C’est le moment précis où sortir une clope permet aux deux protagonistes de meubler le silence en faisant semblant que c’est parce qu’ils profitent de leur cigarette.

Le fait de fumer donne d’ailleurs une très bonne excuse pour s’éclipser. Personne ne retient quelqu’un qui dit qu’il va fumer et qu’il revient. La clope, c’est la liberté de circulation et de pauses inopinées…

Bref : c’est la classe !

  • L’alternative n°4 : la carotte salvatrice

En cas de blanc dans la conversation, chacun peut sortir sa carotte et le silence est ponctué par des « crunch » réguliers…

Tu as une excuse en or pour ne plus rien dire : ta maman t’a dit qu’on ne parlait pas la bouche pleine !

Quant à l’excuse pour s’éclipser ou prendre une pause… heu : « je vais jeter mes épluchures dans la poubelle organique ». (oui, celle avec plein de mouches que personne n’ose ouvrir…)

Bref : Tu es beau, tu es bio, tu as la classe.

Donc, chers lecteurs, préparez-vous pour 2012 en travaillant cette phrase d’approche :

« Salut, t’as un économe ? »

Publicités

5 Réponses to “la clope ou la carotte ?”

  1. Maïlys 19 septembre 2011 à 19:52 #

    et en plus, je suis certaine que ça va sauver la planète et qu’on ne mourra pas en 2012 grâce aux carottes!
    sur ce, je vais manger!

  2. Elise 30 septembre 2011 à 13:21 #

    Mathilde, tu es trop forte! J’adore ce post!! Encore, une fois, j’ai dû avoir l’air débile à rire toute seule dans le couloir avec mon ordi sur les genoux… Bisous du Caire 🙂

  3. Laetitia Castellazzi 30 septembre 2011 à 21:03 #

    Excellent,..,

  4. Soeur 3 novembre 2011 à 18:34 #

    J’en ai pleuré de rire, merci soeurette !

Trackbacks/Pingbacks

  1. A la recherche du (Fluide) point G | - 19 mars 2013

    […] plateau rose et poilu. Comme la trilogie de l’épilation intégrale, et des boules à zéro, l’étude futuriste de la clope et la carotte ou l‘observation de la reproduction des escargots dans radiographie de la […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :