L’ERASMUS tue le couple

3 Août

 

« Il est merveilleux, on sort ensemble depuis une semaine mais il part à New-York dans trois jours », « cela faisait un an qu’on sortait ensemble et elle m’a quitté parce qu’elle part au Mexique », « Après deux ans ensemble et un double Erasmus prévu en Amérique du nord il a redoublé et partira dans un an, on va être loin l’un de l’autre pendant deux ans », « je ne l’ai vu qu’une soirée et j’ai vraiment flashé… mais impossible de le revoir, je pars à Leipzig », « après un mois merveilleux ensemble, il m’a quittée parce que ça va être trop dur si on est loin », « je suis français, elle est italienne, on a passé toute notre année d’erasmus ensemble et maintenant je vais travailler en Allemagne et elle, elle part en Chine »

Bienvenue dans la vie des étudiants actuels (et pour toutes ces phrases je pourrais dire « True story » (certains se reconnaîtront d’ailleurs je pense)).

La précarité du monde de l’emploi s’est étendue à la sphère amoureuse. Les relations se vivent désormais en CDD, en intérim ou en télétravail.

Il y a ceux qui y croient, qui pense pouvoir décrocher un CDI au bout du compte et qui tentent la relation à distance. Or, comme le disait un mien cousin, philosophe à ses heures : « a Long distance relationship doooooesn’t work ».

Mais pourquoi ? Rien ne vaut un bon exemple :

« Pénélope rencontre Jean-Guy à une soirée de fin de partiels bien arrosée. Ils passent la nuit ensemble, puis la journée suivante. Ils finissent par ne plus se quitter. Tous les deux sont sûrs d’avoir trouvé en l’autre l’amour de leur vie. Mais voilà : Pénélope part en Erasmus dans un mois. Ils vivent ce mois avec une intensité folle. Jean-Guy assure à Pénélope que la Grèce ce n’est vraiment pas loin et qu’il viendra la voir tous les week-ends. Puis vient le grand départ, les adieux déchirants.

Pénélope est en Erasmus, ce qui induit qu’elle passe sa vie dans un univers international festif.

 

 

Elle rencontre plein de charmants garçons chauds comme la braise. Mais elle s’en fiche, elle ne les voit même pas car son esprit est ailleurs, auprès de Jean-Guy. Elle repousse toutes les avances et passe ses nuit sur skype (problèmes de décalage horaire oblige) a pleurer avec Jean-Guy parce que Skype, c’est super, mais c’est de l’amour virtuel. Parfois la connexion est tellement mauvaise que Jean-Guy se pixellise, son visage se déforme, sa voix devient hachée. Pénélope en fait des cauchemars la nuit. Une première dispute éclate parce que Pénélope a passé une nuit entière à danser sur la plage et a oublié d’appeler son dulciné. En plus une photo a été publiée sur facebook où elle est enlacée par Miguel, l’espagnol poilu des aisselles. Elle a beau expliquer à Jean-Guy que les espagnols sont très tactiles et qu’elle n’est en aucun cas attirée par Miguel et que de toutes façons il est trop poilu… Rien n’y fait.

 

Miguel

 

Jean-Guy fait la grève de Skype par mesure de rétorsion. Pénélope, éplorée, se confie à Angelo, le bel italien, au cours d’une soirée déjantée. Elle boit pour oublier et de fil en aiguilles, elle se réveille dans le lit d’Angelo. Elle rentre chez elle, morte de honte et avec une gueule de bois terrible. Elle voit alors qu’une de ses copines erasmus française, bien intentionnée, a écrit sur son mur facebook « Alors, on aime les glaces à l’italienne ? ». Jean-Guy (ayant brusquement rompu la grève du net) demande des explications. Pleurs, larmes etcetera oups tralala et voilà Pénélope célibataire. Sa première déconvenue est de découvrir qu’Angelo n’en a en fait rien à faire d’elle et qu’il essaye juste de remplir une check-list consistant à coucher avec les filles du plus de nationalités possibles (avec plus ou moins de point selon la difficulté de chope).

Elle rencontre ensuite Cyrus, son voisin grec et entame une idylle avec lui. Mais voilà, elle repart dans 4 mois. Ils vivent ces 4 mois avec une intensité folle. Pénélope assure à Cyrus que la Grèce n’est vraiment pas loin et qu’elle viendra le voir tous les week-ends.

Une fois rentrée en France, elle peine à le joindre et n’a plus de nouvelles pendant trois semaines. Puis un jour elle reçoit un faire-part de mariage : Cyrus se marie avec une grecque nommé Andromaque (Bitch !).

 

 

Pénélope recontacte Jean-Guy. Ils se revoient, mais tous les deux ont trop changé. Elle a l’impression qu’il ne la comprend plus…

Puis Pénélope rencontre Stéphane. Il a vécu un an au Pérou et elle a l’impression que lui peut la comprendre. Lui aussi connait cette exaltation du voyage et de la découverte. Elle sent qu’il pourrait être l’homme de sa vie. Oui mais voilà, Stéphane part en VIE en Thaïlande dans trois jours… »

FIN

Bon alors là je sais que vous êtes tous et toutes en train de pleurer toutes les larmes de votre corps (parce que vous y croyiez vraiment avec Philibert ou parce Alexandrine vient de vous quitter pour un péruvien ou parce que vous venez de regarder Bambi (et que c’est vraiment trop triste parce que sa maman est morte, mais ça n’a aucun rapport).

Mais, pour que vous ne m’accusiez pas d’avoir plombé le moral de ceux qui sont l’avenir de la France en ces temps de crise (mon Dieu ce que je parle bien ! je devrais me présenter aux élections pour 2012), voici de quoi vous rassurer un peu :

Certains décrochent des CDI amoureux. Certains arrivent à survivre à la distance et l’île de la tentation…J’en connais aussi !

Et puis bon, l’Estonie, c’est vraiment pas loin, vous pourrez aller la voir tous les week-ends…

Publicités

3 Réponses to “L’ERASMUS tue le couple”

  1. F. 6 août 2011 à 11:34 #

    Je dépose un copyright sur mon histoire!!! Tu vas en avoir pour cher en royalties héhé 😉
    Miguel est vraiment so sex!

  2. Loveerasmus 6 septembre 2013 à 13:46 #

    j’ai ouvert un petit blog sur instagram justement pour essayé de tenir la distance !

  3. lespiplettespoilues 11 février 2014 à 22:19 #

    Mise à jour de février 2014 : Par honnêteté intellectuelle, et parce que beaucoup de gens lisent cet article en espérant trouver du réconfort, sachez que mener une relation à distance jusqu’au bout est possible (j’en suis une preuve vivante : 2 ans 1/2 et encore toutes mes dents). Donc arrêtez de pleurer et profitez de votre erasmus (ce qui ne veut pas dire baiser à droite à gauche parce que « ton copain/ta copine n’en saura rien », comme il est de coutume de le suggérer parmi les Erasmus). On peut s’amusez ET être en relation à distance !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :