La Princesse qui croyait vivre dans un conte de fées

25 Juil

Pour changer un peu, voici un conte de fées plutôt contemporain rédigé par Ma.

[à lire avant d’aller se coucher]

 

Il était une fois une belle et douce princesse nommée Lucia. La Princesse Lucia vivait dans le château du Roi et de la Reine près de la forêt enchantée. Contrairement à d’autres princesses, Lucia n’avait point subi les foudres d’une quelconque fée maléfique à sa naissance et n’était ainsi point maudite. Cependant, à l’aube de son vingtième anniversaire, la Princesse remarqua qu’elle n’avait point de Prince à ses côtés (point même un gentilhomme), alors que toutes les autres princesses, si. Même Javotte et Anastasie !

La Princesse Lucia mourait de plus en plus d’envie d’avoir un Prince à son bras mais ne savait pas vraiment comment s’y prendre. La pauvre enfant croyait vivre dans un conte de fées, ou dans un de ces contes animés que l’on peut regarder encore et encore dans un miroir magique. Non seulement pensait-elle (et espérait-elle) trouver le Prince Charmant du premier coup mais en plus, elle croyait que la patience suffirait et qu’il tomberait du ciel.

Oh bien sûr, elle avait déjà rêvé à quelques princes.

Il y eut tout d’abord le Prince Dimitri Nicolaï Jovanevitch, mais celui-ci s’avéra n’avoir que peu d’intérêt pour la Princesse Lucia.

Quelques temps plus tard vint le Prince Peter Gabriel, mais ni la Princesse ni le Prince n’osèrent révéler leurs doux sentiments à l’égard l’un de l’autre. Une paysanne vola alors le cœur du Prince Peter Gabriel (BITCH !).

La Princesse Lucia se consola s’imaginant dans les bras du galant Prince Henri-Matthieu-Philippe-Victor-Antoine mais encore une fois, le courage lui manqua et elle ne fit que rêver.

Enfin, elle échangea de longues lettres avec le Prince Martin. Par chance, pas besoin de dévoiler ses sentiments puisque le Prince les partageait. Les mots n’étaient ainsi pas nécessaires, les choses purent aller un peu plus loin. Mais le Prince Martin et la Princesse Lucia vivaient dans deux contrées différentes alors l’eau eu le temps de croupir un peu plus dans les douves, avant qu’ils ne soient réunis. Au moment tant attendu, elle paniqua et s’enfuit chez la Princesse Mulan qui, par chance, habitait les alentours.
D’un autre côté, quelques Princes tentèrent aussi leur chance auprès de la Princesse Lucia mais, aussi douce et généreuse soit-elle, elle déclina toute invitation.

Ce n’était pourtant pas toujours facile pour ces princes de venir vers la Princesse car tous étaient plutôt timides et lorsqu’ils regardaient les autres princesses, elles pinçaient les lèvres hautainement et détournaient la tête avec dédain.

Mais la Princesse Lucia était différente. Elle n’évitait pas ces princes-là et leur faisait même la conversation avec plaisir. La vérité est qu’elle était trop gentille. Dans toutes les contrées qu’elle avait visitées, les gens savaient sa bonté envers quiconque. Elle était tout bonnement incapable de méchanceté au point qu’elle haïssait décevoir qui que ce soit (Roi comme gueux). Si par mégarde cela arrivait, les remords la hantaient pendant des décennies entières, même pour le moindre petit détail.
Un jour, Lucia commença à ouvrir les yeux et à mieux comprendre la situation. Si elle voulait attirer des princes point trop gentils et intelligents mais un peu plus bad boys comme Dimitri Nicolaï Jovanevitch, Peter Gabriel, Henri-Matthieu-Philippe-Victor-Antoine ou Martin, elle devait être moins gentille. Ainsi, elle paraitrait plus intéressante et piquerait peut-être la curiosité de tels princes.

Heureusement que sa bonne amie la Princesse Pamela était là pour l’aider et la conseiller. Sachant bien que les princes fréquentaient souvent les salons de thé et les bals mais que son amie Lucia dédaignait de tels lieux, la tâche s’annonçait vraiment compliquée.

Le conseil le plus précieux que la Princesse Pamela donna à Lucia était, dans un premier temps, d’oublier le Prince Charmant. Trouver un bon et gentil prince était la priorité, le reste viendrait au fur et à mesure.

La Princesse Lucia partir alors dans un lointain royaume, espérant rencontrer un gentil prince, comme Pamela lui avait dit.

En chemin, elle croisa un caméléon nommé Rango. Rango était très intelligent car même si là-bas, personne ne connaissait la Princesse Lucia, il devina rapidement sa charité et surtout, le fait qu’elle n’était pas du royaume d’Ailevisse.

Comme la Princesse Lucia était curieuse et s’émerveillait de tout dans cette nouvelle contrée, il lui raconta comment les gens vivaient et lui demanda également comment était la vie dans son royaume à elle. Rango aimait bien la Princesse Lucia et avait vu juste à son sujet.

Après tout, toutes les princesses s’enfuyaient à la vue de cet animal étrange à grosse tête, mais pas elle. Il fallait donc qu’il trouve quelque chose pour la retenir avant qu’elle ne parte. Il lui dit alors qu’au coucher du soleil il redevenait le beau Prince qu’il est en réalité et que si elle l’embrassait juste au moment où le soleil disparaît derrière l’horizon, il resterait humain à jamais.

La Princesse fut alors prise de compassion pour le pauvre Prince et voulut l’aider mais ses deux neurones se mirent à tourner soudainement très vite et elle se dit : « après tout, je ne connais ce Rango que depuis quelques heures, qu’est-ce qui me prouve qu’il ne ment pas ? Et puis il faut que j’arrête d’être trop gentille avec toutes les créatures de l’univers ! Et si je me transforme en caméléon ? De toute façon… ahhhhhhh, nooooon, un CAMELEON, c’est juste pas possible ! Il a fumé quoi ? ».

Elle expliqua à Rango que le dernier tapis volant pour le royaume de Zebigapeule était au coucher du soleil et qu’elle ne pouvait pas le rater. Elle lui confessa aussi qu’il semblait être un  très gentil caméléon mais qu’on ne peut pas demander une telle faveur à une inconnue (ou alors, il devrait tenter le coup avec la Princesse Giselle).

La Princesse Lucia sortit sa boule de cristal pour raconter cette drôle d’aventure à son amie Pamela. Elle savait qu’elle avait encore du chemin à faire mais elle était plus déterminée car elle voulait vraiment trouver un gentil prince. Un prince qui lui apporterait quelque chose car, à force d’être gentille, elle se rendait compte qu’elle donnait beaucoup, mais ne recevait autant d’aucun prince ou gentilhomme.

Cette nuit-là, elle rêva du Prince Charmant et dans son rêve, elle lui expliqua à quel point elle l’admirait et le désirait, surtout que son accent anglais était vraiment terriblement sexy, mais qu’entre eux, ce n’était pas possible. Pendant qu’elle expliquait tout ça à Charmant, elle faisait bien de l’œil au séduisant prince derrière lui, qui ne se retenait pas de lui retourner ses œillades. Ce n’était qu’un rêve mais le lendemain matin, la Princesse Lucia se sentait plus légère.

On ne sait pas ce qu’est devenue la Princesse Lucia car elle fit tout pour se protéger de la Plume à Papote. Elle ne voulait pas de la fin tragique de la pauvre Princesse Diane mais vivre heureuse et en paix.

Moralité : réfléchissez, mes enfants, à la différence entre ce que dégage une Princesse courtoise et une bonne poire. Ne cherchez pas absolument le Prince Charmant mais ne fondez pas non plus pour les sonnets du premier gueux rencontré. N’oubliez pas de rester fidèle à vous-même et pensez à qui vous souhaitez être. Soyez digne et respectable, donc arrêtez de faire l’autruche et agissez en conséquence.

FIN

***

épilogue :

Mais qu’est devenue la Princesse Lucia ? Voici les différentes rumeurs qui circulent depuis lors.
Une interview exclusive publiée alors dans Glamoule, révélait son bonheur avec le Prince Charmant dans leur cottage près de Rookesbury, dans le sud de l’Angleterre, où elle aurait ouvert un salon de thé pour jeunes Princesses en mal d’amour uniquement.

Une interview exclusive publiée à la même date dans Glaboule, au contraire, relatait son désespoir et comment elle en était arrivée finalement à passer toutes ses journées à boire du thé puis toutes ses soirées dans les bals et qu’elle s’était mise à accepter les faveurs de n’importe quel gueux, voire de plusieurs à la fois, des fois que plus personne ne veuille d’elle le soir suivant.

D’autres journaux affirment toutefois que la Princesse a pris sur elle et que, après avoir fréquenté quelques bons Princes, aimables, agréables et séduisants (parce qu’il faut quand même pas déconner, elle aurait trouvé le Prince de sa vie. 

A vous de juger de la probabilité de cette hypothèse, vraisemblablement infondée.

Publicités

3 Réponses to “La Princesse qui croyait vivre dans un conte de fées”

  1. F. 25 juillet 2011 à 21:49 #

    Tu es folllllle Ma… et j’adore ça! (moi-même étant un peu folle 😉 )
    Vraiment génial cet article une nouvelle fois 🙂

    • Ma 27 juillet 2011 à 22:13 #

      merci merci, je suis très touchée (très sincèrement)

  2. selena 26 novembre 2012 à 17:36 #

    j’adore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :