Tous à Poils !

12 Mai

Plutôt que de parler de domination, parlons d’évolution. En évoluant, l’homme a perdu peu à peu sa toison velue pour devenir l’animal étrange qu’il est aujourd’hui (on y a gagné l’acné aussi, si si lisez vous-même ! (oui je lis des articles palpitants, je sais)).

Et la société demande généralement aux femmes d’être encore moins velues que leurs congénères masculins. Encore une injustice faite aux femmes direz-vous !

En effet, si nous sommes passés de ça :

A ça :

C’est par un pur construit social qui veut qu’une humanité accomplie passe par une dépilation réussie ! Mais préférer cette poufiasse édulcorée à la famille choubaka n’est qu’une histoire de goût et de contrainte sociale (véhiculée par la pub et les magazines d’ailleurs). D’ailleurs les femmes n’appellent-elles pas affectueusement leur mari velu « mon gros ours » ou « mon barbare » ? (oui bon d’accord, personne n’appelle son mari « mon barbare »…).

Aujourd’hui, les hommes se font de plus en plus épiler le dos (bon, avouons-le, on ne va pas vraiment pleurer parce que c’est pas hyper sexy…) ou se rasent les testicules (oui c’est la deuxième fois que j’en parle sur ce blog mais c’est un sujet qui m’intrigue beaucoup, je compte vous en reparler plus tard quand j’aurai un lectorat masculin suffisamment développé pour faire une enquête… (NB : cette enquête a été faite postérieurement sur ce blog dans l’article : enquête intégrale et boules à zéro)… Ils sont donc eux aussi de plus en plus tenus d’éliminer toute trace de barbarie sur leur corps viril. Mais viril sans poil est-ce possible ? Cependant est-ce qu’on veut vraiment qu’ils soient virils au point d’avoir des poils qui sortent du nez et des oreilles ?… Bref on peut se poser de nombreuses questions philosophiques sur le sujet… Il existe d’ailleurs un très bon livre de Kant sur le sujet « Vers le poil perpétuel« .

Bref pour en revenir à l’éradication des poils en tous genres, faisons un petit tour d’horizon des techniques qui existent aujourd’hui.

Technique N°1 : Ne rien faire.

  •   Pourquoi c’est trop cool :

Partant du principe que les poils tombent tous seuls quand leur heure est venue, vous décidez, dans une optique de développement durable, de laisser faire la nature. Cela permet en plus de laisser aux générations futures des ressources en poils. Mais oui, un jour ils nous en voudront de nous êtres épilés en toute inconscience alors qu’une ère glacière était proche !

en plus en ne faisant rien : Vous gagnez un temps fou, vous avez moins froid l’hiver et puis quand c’est long,  c’est doux…

  • Pourquoi c’est pas si cool en fait :

Parce qu’on perd en sex-appeal… Nos sociétés formatées par des photos retouchées de magazines et une propagande maketting plus qu’efficace ont réussi à nous faire associer mentalement « poil » et « sale ». De ce fait, vous diminuez vos chance vous reproduire de 78,7%(1) en laissant votre pilosité se développer au gré de ses envies.

(1)Ne cherchez pas, j’ai complètement inventé ce chiffre mais c’est pour donner l’impression que je dis des trucs sérieux

J’ai essayé de faire une image pour ce blog hier (dont vous pouvez admirer le résultat en haut de la colonne de droite. C’est beau hein ? non mais dites-le que c’est fantastique ! bon.. comme vous voudrez…), et le résultat de mes différentes tentatives est le suivant : c »est dur de faire un truc sympa avec des poils. Regardez vous-même :

mmmmh : ça donne envie non ?

Hélas, les hippies, c’est fini ! Mettez-vous des foulards dans les cheveux et des pantalons patte d’eph si vous voulez mais faites-vous des tresses dans les cheveux, pas sous les aisselles.

Technique N°2 : Se Raser

  • Pourquoi c’est trop cool :

Se raser ça va vite et puis après on est douuuuce. Si on a acheté les rasoirs « Vénus » on peut même chanter sous sa douche (pour se persuader que « non on n’a pas été victimes de la campagne marketing »). « Aaaahhhn you Venus aaaaanh you firee annn desire » (oui bah on fait tous du yaourt sur cette chanson non ?)

  • Pourquoi c’est pas si cool en fait :

Ah ça oui on est douuuuce… mais pendant environ  3 heures. Après, on a plutôt l’impression de passer sa main sur les faux tapis en herbe si beaux qu’ils vendent chez Gamm Vert… (j’ai mis un image pour les gens pour qui cette référence n’était pas claire) :

Technique N°3 : L’épilation à l’épilateur

  • Pourquoi c’est trop cool :

On le garde longtemps, l’élimination des poils est de longue durée… ça paraît prometteur…

  •   Pourquoi c’est pas si cool en fait :

–          Ça fait mal. On peut s’habituer mais l’habitude rend aventureuse. Vous vous prenez pour le Rambo de l’épilation, la Lara Croft de l’éradication des poils. « Mouahaha, j’ai réussi à passer l’épreuve des cuisses, je peux bien tenter le maillot ! » : don’t ! Conseil d’amie… Enfin si vous êtes masochiste : enjoy !

–          Ça fait un bruit effrayant. C’est « massacre à l’épilateuse » dans votre salle de bain, et vu les cris qui sortent de la pièce pour les plus douillettes, on en est pas loin…

La question fondamentale est de savoir si, étant donné que ça fait presque autant de bruit qu’une tondeuse à gazon, on peut être inculpée pour tapage nocturne avant 9h ou après 22h… Mais il vaut mieux passer outre c’est questions juridiques parce qu’en général ce gazon là est toujours urgent à tondre…

–           Il faut une prise. Cet élément peut paraître stupide dans nos civilisations où les multiprises pullulent. Et pourtant il existe une situation où ce minuscule petit détail vous semble prendre une importance démesurée : quand vous allez à l’étranger. Et oui, malgré la mondialisation, les pays ne sont pas foutus d’avoir fait des trous pareils pour brancher les appareils.

La première fois, on oublie complètement l’adaptateur et on se retrouve à regarder avec désespoir cet objet devenu inutile…on se met à réfléchir sur la vanité des choses… Et… heu non en fait on va acheter un rasoir et on « Aaaahhhn you Venus aaaaanh you firee annn desire ». La deuxième fois on essaye de ne pas se faire avoir. On arrive en conquérante, tel christophe Colomb découvrant l’Amérique, et on branche d’un geste triomphal l’adaptateur dans la prise. Et, lorsqu’on allume l’engin, tel Christophe Colomb se rendant compte qu’il n’est pas du tout en Inde, on découvre que le voltage est différent en France et aux Etats-Unis. Ça donne la version en « slow motion » de votre épilation.  Autant dire que le temps de finir de vous épilez, vous êtes déjà de retour en France. Du coup il ne reste plus qu’à : « Aaaahhhn you Venus aaaaanh you firee annn desire ».

Technique N°4 : L’épilation à la cire froide

  •  Pourquoi c’est trop cool :

Sur le mode d’emploi ça à l’air simple comme « bonjour » (alors qu’en fait au final vous dites plutôt au revoir à ce mode d’épilation). Il suffit de chauffer la bande de cire dans ses mains. De l’appliquer sur la partie à épiler et d’arracher ensuite d’un coup sec. Vous pouvez même réutiliser la même bande plusieurs fois ! Il y a même des bandes qui s’appellent « ma première fois », mais non : ce n’est pas une boite de préservatif ! C’est juste que : « la première fois que tu t’épiles tu sens vraiment que tu deviens une femme, quoi ! » (en l’occurrence vous devenez plutôt une chose toute aussi poilue et pleine de cire… comme nous le verrons très vite).

  • Pourquoi c’est pas si cool en fait :

Après avoir suivi le monde d’emploi à la lettre… Vous êtes sidérée de voir qu’il y a comme quelque chose d’étrange… mais quoi ? Ah oui : les poils sont bien, comme prévus, emprisonnés par la cire… mais en l’occurrence la cire est sur notre jambe et pas sur la bande ! Si vous avez fait ça en urgence juste avant de partir en boite, disons qu’après vous aurez vraiment l’impression de danser collée-serrée toute la soirée…

Technique N°5 : l’épilation à la cire chaude

  • Pourquoi c’est trop cool :

Suite à votre échec avec la cire froide, vous décidez de tenter la cire chaude. Comme vous avez déjà été chez l’esthéticienne, vous pensez avoir bien compris la technique et franchement, ça n’a pas l’air bien compliqué. On met la cire, on tire d’un grand coup sec, comme un pansement et Abracadabra ! Vous respectez bien le mode d’emploi et ne faites pas chauffer trop fort pour ne pas vous brûler. A ce point vous croyez être une petite maline et avoir dépassé tous les obstacles, mais ce n’est que le début de votre voyage en enfer. Oui en enfer, les gens doivent être obligés de s’épiler tous seuls à la cire. Il est d’ailleurs étonnant qu’après Tantale et Sisyphe, il n’y ait pas eu Epilator et Poillux (le supplice de l’épilation perpétuelle !!!! mouahahaha).

  •   Pourquoi c’est pas si cool en fait :

Déjà quand vous prenez de la cire avec la spatule, il y a toujours un long fil qui reste accroché au pot donc vous essayez de l’enlever mais, pendant ce temps, le reste de la cire coule par terre… sauf que jusqu’à preuve du contraire, le but n’était pas d’épiler votre lino… Quand finalement vous finissez par mettre la cire sur votre jambe elle n’est plus assez chaude…

Après moult essais, vous finissez par réussir à faire quelque chose de correct et encore une fois vous commencez à vous prendre pour Rambo… vous attaquez à l’objectif ultime de cette épilation : le maillot.

Vous étalez généreusement la cire en vous disant que vous allez pouvoir tout faire d’un coup. Vous tirez un grand coup et Abracadabra : vous n’avez rien senti ! Vous voulez alors regarder votre travail et … Abracadabouze… toute la cire est encore en place et vous n’avez dans la main qu’un tout petit bout de cire sans aucun poil dedans. Et là vous commencez à vous demander commen vous allez enlever cette espèce de chewing-gum que vous vous êtes étalé partout. Vous n’avez plus de prise sur la cire pour l’arracher et pourtant il faut faire quelque chose… Vous pensez vaguement à aller demander à votre voisin de le faire pour vous… Mais pour une raison obscure vous renoncez…

(C’est généralement à ce moment là que le téléphone sonne ou qu’on frappe chez vous.)

Au final vous décidez de vous sacrifier pour la cause et arrachez la bande dans un rugissement que même les barbares les plus virils et sauvages de la terre n’ont jamais poussé…

Traumatisée, vous décidez de revenir à la première technique. Vous serez une poilue, mais la guerre des poils, vous l’aurez faite !

Publicités

15 Réponses to “Tous à Poils !”

  1. Maïlys 12 mai 2011 à 19:49 #

    vrai conseil, les appareils applicateurs de cire (ceux qui ressemblent aux arrache poils mais en fait dépose de la cite), dépose une bande de cire plutôt nette (sauf quand vous arrivez à la fin de la réserve), vous n’avez pas à vous soucier de la température, et c’est plutôt pas mal.
    Le problème c’est que, ça prend quand même beaucoup de temps (temps de chauffe de l’appareil pour pouvoir l’ouvrir+fonte de la cire que vous venez d’ajouter+épilation en elle même + enlever tous les résidus de cire sur les jambes, sous les ongles et un peu partout dans la salle de bain). Et puis c’est super, on peut même régler la largeur de la bande et l’épaisseur, pour les zones sensibles!!!
    Vous avez donc acquis, pour 70€ environ, de quoi vous épilez les jambes UNIQUEMENT (parce que pour le reste, c’est indéniablement le même résultat que l’épisode de la cire chaude cité plus haut), et chaque épilation des 2 jambes complètes, en cire TEMPÉRATURE BASSE SPÉCIALE EXPRÈS RIEN QUE POUR CET APPAREIL vous coûte la même chose que d’aller chez l’esthéticienne.
    Donc chez vous, quitte à perdre du temps, autant aller chez l’esthéticienne.
    Et en vacances, de toute façon « aaaaaaahn Venus, annnhh Fire oooooh desire »

    PS : la première photo, c’est bien la photo de famille de chubaka???

    • lespiplettespoilues 12 mai 2011 à 20:19 #

      Oui ils sont beaux hein ? Mais t’imagines, t’épouses un des enfants : tu fais tache sur la photo de famille !

      Merci pour cet enrichissement de l’article par explication d’une autre technique.
      Si quelqu’un est riche et a essayé l’épilation au laser : vos témoignages sont les bienvenus ! ^^

  2. lespiplettespoilues 14 mai 2011 à 14:48 #

    Juste pour vous dire : je viens de me rendre compte que contrairement à ce que je dis dans l’article, je n’ai jamais parlé du fait de se raser les testicules avant… En fait c’est que j’en parle dans un article qui est en préparation !

  3. lespiplettespoilues 14 mai 2011 à 21:49 #

    Je suis tombée sur un très bon article de « C’est la Gêne » sur le non rasage des aisselles et un passage en particulier m’a fait beaucoup rire :

    « Soit. J’accorderai à la gent féminine la difficulté et l’injustice qui leur est imposée en regard du culte de l’absence de poil. Je sais les heures perdues, les douleurs du maillot, le découragement de revoir les poils pointer alors que vous étiez chez l’esthéticienne il y a deux jours à peine. Je comprend que certaines d’entre vous en aient leur claque et que merde maintenant, faut que ça change!

    Mais bon.

    Il fallait peut-être se réveiller avant. Il n’y a plus grand chose à faire. A la rigueur, si en 35 000 avant Jésus-Christ, lorsque Monsieur Cro-Magnon a tendu un rasoir à Madame Cro-Magnon en lui demandant de « faire un petit effort quand-même, c’est pas très ragoûtant tous ces poils, j’ai l’impression de coucher avec mon cousin Francis », elle lui avait collé un coup de massue dans la tronche, rendu son Bic Jetable et lui avait proposé d’aller le carrer là où le soleil ne brille pas, les choses seraient sûrement très différentes. Mais là… »

    Voilà, je voulais partager ça avec vous ^^ !
    (pour lire tout l’article : http://cestlagene.com/2009/08/22/tas-pas-un-rasoir/ )

  4. Maïlys 16 mai 2011 à 18:38 #

    loool

    • Pierre 23 février 2012 à 08:26 #

      Juste pour votre information : le paléoanthropologue Pascal Picq disait récemment que les poils humains ne sont absolument pas un résidu animal mais sont apparus en fonction de l’évolution. Les singes n’ont pas de poils au pubis et aux aisselles !
      Vous faites l’impasse sur l’utilité des poils liés à la sexualité. C’est surprenant, pensez-vous que ces poils apparus en fonction de l’évolution seraient donc inutiles ?
      Les poils ne sont pas sales et pourquoi d’ailleurs seuls les poils des femmes le seraient et pas ceux des hommes ? On appelle ça du sexisme non ?
      D’autre part, pourquoi les poils sur la tête sont tolérés, voire encensés mais ceux liés à la sexualité seraient « sales » ? Je sens un arrière-goût puritain derrière vos propos hygiénistes.
      Quant à vos remarques sur le fait que les poils « c’est moche » ou « anti-sexy », ça n’engage que vous. Bcp d’hommes se fichent complètement que leur compagne ait des poils aux aisselles ou aux jambes. Et bcp de femmes ne se les enlèvent pas en hiver. Mais votre billet culpabilise ces femmes en leur faisant croire qu’elles sont « sales ».
      Mon site vous informera sur les poils, il y a une centaine de pages et une trentaine de chapitres. Garder ses poils pour une femme est un geste politique, un bras d’honneur au po-i-litiquement correct que vous prônez.

      • lespiplettespoilues 23 février 2012 à 13:25 #

        En effet, je fais l’impasse des poils liés à la sexualité dans cet article mais j’en ai parlé plus loin dans cet article : https://lespiplettespoilues.wordpress.com/2011/06/24/enquete-integrale-et-boules-a-zero-2/
        c’est le deuxième volet d’une série de 3 articles consacrés aux poils et qui s’intéresse tout aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Je n’ai donc jamais dit que la question ne touchait pas les hommes.

        Pour ce qui est de mes remarques sur le fait que les poils sont « moches » et « anti-sexy », j’avoue avoir moi-même relu cet article il y a quelque jours et m’être choquée moi-même.
        Je crois que mes mots ont dépassé ce que je voulais exprimer et je ne suis absolument pas pour une éradication complète des poils. L’idée était juste de dire que tout en gardant des poils, on peut quand même prendre soin de soi (et cela vaut aussi bien pour les hommes que pour les femmes). Entre s’entretenir et la dictature de l’épilation, il y a un long chemin.

        Je tiens à m’excuser si vous avez pu mal interpréter mes propos et mes intentions puisque l’objectif de ce blog est justement de tordre le cou aux idées reçues…

  5. Pierre 23 février 2012 à 14:10 #

    Pour le sexisme, je parlais uniquement de cette page-ci, pas des 2 autres, que j’ai lues aussi.
    Je n’ai rien contre le fait que des femmes et des hommes s’enlèvent des poils. Le problème, c’est que pour les femmes, on est face à une norme intériorisée (pour les aisselles et les jambes) que presque personne ne remet en question.
    Dans les médias, toutes les femmes y sont glabres, à l’exception des poils sur la tête et au-dessus des yeux.
    Cela agit insidieusement sur les cerveaux au point que les fillettes à peine pubères sont dégoûtées dès leur premier poil qu’elles veulent enlever à tout prix, alors que ces poils sont justement un signe de maturité sexuelle, comme les seins.
    Même une pub pour un rasoir féminin nous montre un peau déjà lisse ! Comme si une pub pour une tondeuse à gazon nous montrait un jardin déjà tondu, ce serait aberrant. Il y a donc une véritable censure qui n’est que de l’atavisme mais qui le sait ?
    Cela s’explique par la censure que ces poils connaissent depuis déjà 2500 ans. Rappeler que l’épilation est ancestrale, c’est bien mais si on ne contextualise pas la pratique, c’est oublier le principal.

    Aristophane explique que les hommes obligeaient les femmes à enlever leurs poils parce que pour eux, les femmes étaient des monstres sans cerveau (ça, c’est Aristote et et Hippocrate qui le disaient). Donc, il fallait différencier absolument les monstres de la perfection (= les hommes) et ceux-ci ont donc imposé aux femmes l’épilation. Ce n’était pas le choix des femmes !
    En fait, c’était une infantilisation assumée car tout le monde sait que seules les fillettes prépubères (et les poupées) n’ont pas de poils.
    Régulièrement, pour justifier l’épilation, des gens me disent « mais les femmes s’épilaient déjà il y a des millénaires ». Oui et alors ? Si ce n’était pas leur choix, quel intérêt d’en parler sinon pour dénoncer cette pratique d’infantilisation au lieu de comparer l’époque actuelle avec l’enfer du passé ?

    Vous parlez de « prendre soin de soi ». Depuis quand se faire du mal signifie prendre soin de soi, quand on sait que l’épilation à la cire est très douloureuse ? En fait, c’est l’industrie cosmétique qui a introduit cette notion de soin concernant l’épilation. Autant se peigner, se couper les ongles, se mettre du vernis, du rouge à lèvres sont des pratiques non douloureuses, autant s’enlever les poils n’a que des inconvénients. Combien de femmes ne souffrent pas de poils incarnés, de rougeurs, de démangeaisons et de mycoses quand il s’agit de poils pubiens qui sont une barrière contre des germes, les gynécos pourront vous le confirmer. Donc, pour moi, prendre soin de son corps, c’est surtout le laisser tranquille en ce qui concerne les poils. Mais bon, le marketing des grosses boîtes est très puissant et l’enjeu financier colossal.
    En fait, le problème c’est qu’une femme qui garde ses poils et a l’audace de les montrer en public subit des moqueries, des insultes et des regards de dégoût. C’est ce qui arrive à ma femme. Mais quand on est à la piscine, mes poils sont visibles et personne ne s’en moque ! Double standard. Je ne demande qu’une chose : que les femmes aient le droit aussi de garder leurs poils et que ça indiffère tout le monde. Les hommes ont bien le choix de tout garder ou de tout enlever et c’est bien, je trouve. On est donc devant une inégalité de plus, au profit des hommes.

    • lespiplettespoilues 23 février 2012 à 15:58 #

      Je suis d’accord avec vous sur de nombreux points et je voulais d’ailleurs vous remercier d’avoir réagi sur cet article (et de l’avoir fait longuement et intelligemment) : je me plains souvent que personne ne poursuive les débats donc je suis contente que quelqu’un le fasse.

      J’ai un peu remanié l’article parce que j’ai réalisé justement à quel point il transmettait des injonctions conformistes (comme je l’ai dit plus haut, je l’ai relu la semaine dernière et j’avais déjà ressenti un certain malaise d’avoir écrit des choses pareilles).
      Cependant, j’ai laissé les grandes lignes de l’article telles quelles puisque si je changeais tout, autant le supprimer…

      Pour ce qui est de « prendre soin de soi » je pensais à se raser les aisselles par exemple mais pas dépilation (et encore moins intégrale).
      En fait, je crois que cette injonction de faire un minimum d’effort venait d’une volonté d’enrayer l’idée répandue : une féministe = une fille poilue. Parce que l’un et l’autre ne sont pas nécessairement liés. Les femmes qui décident de ne rien faire devraient pouvoir le faire sans subir de regards dégoûtés mais l’inverse est également vrai. Une femme peut être féminine (c’est à dire être par certains point conforme aux « stéréotypes » féminins) ET féministe.

      Merci aussi pour le lien que vous avez donné sur la page facebook du blog, ce récit était très intéressant à lire.
      Comme votre femme, cette femme est courageuse et nous devrions être plus nombreuses à l’être…

  6. Pierre 23 février 2012 à 20:20 #

    Je n’ai pas dit que toutes les femmes qui se revendiquent féministes devaient garder leurs poils et les montrer. D’ailleurs, j’ai bcp d’amies féministes qui soit, se rasent en été ou mettent des vêtements cachant les poils. Reste la piscine ou la plage où l’on ne peut tricher.
    Vous faites bien de rappeler les stéréotypes de la « féminité ». Une féministe anglaise disait qqch de très simple sur son blog, j’ai traduit

    «Les femmes adultes sont supposées avoir des poils aux aisselles, au pubis et sur les jambes. Il n’y a rien de non naturel à propos d’une femme poilue; si c’était le cas, alors les poils ne pousseraient pas à cet endroit en premier. De même, il n’y a rien de non féminin à propos d’une femme poilue. Si la féminité signifie « être comme une femme », alors une femme au corps non altéré est par définition aussi féminine qu’on peut l’être. En fait, on peut dire d’une femme sans poils qu’elle est moins féminine, puisqu’elle enlève une partie naturelle, féminine, de son corps.»

    Cela va à l’encontre de tout ce que l’on entend sur l’association féminité=glabre. Mais cette norme est tellement ancrée profondément dans les esprits depuis des millénaires que dès qu’une femme apparaît en public avec des poils, cela provoque des réactions ou des commentaires, alors que ça n’en appelle aucun !

    Quand vous dites
    Pour ce qui est de “prendre soin de soi” je pensais à se raser les aisselles par exemple mais pas dépilation

    Cela ne change rien pour moi. Ma femme garde ses poils (et moi aussi), en quoi est-ce un manque de soin de soi ? Je n’arrive pas à comprendre comment cela peut être vu comme un « soin ». Je me lave et j’utilise la pierre d’alun. Aucune odeur. C’est l’hygiène qui compte mais enlever mes poils m’avancerait à quoi, à part me farcir des poils incarnés, des démangeaisons ? Je m’en fiche de mes poils, ils sont là, point. Ma femme a le même point de vue. Elle ne les garde pas par militantisme mais comme je l’ai dit, le fait de les montrer est devenu un geste politique, ce qui n’était pas le cas il y a 20 ans car à l’époque, elle n’avait aucune remarque ni regard bizarre. Cela a commencé vers 95, en fait.

    Quand vous dites « Les femmes qui décident de ne rien faire devraient pouvoir le faire sans subir de regards dégoûtés mais l’inverse est également vrai. »

    vous semblez mettre sur un même pied les 2 situations. Or, personne ne demande l’abandon de l’épilation. C’est pas la peine de tomber dans l’extrême inverse. De toute façon, on n’aura jamais de « mode » des poils pour une raison bien simple : garder ses poils, ça ne rapporte rien à l’industrie cosmétique dont le chiffre d’affaires mondial se compte en milliards de $ rien que pour la partie des produits épilatoires.
    Sinon, que pensez-vous de la femme rousse en photo sur mon site ? Est-elle moins « féminine » parce qu’elle a des poils ?

  7. mariesarah 18 mai 2014 à 18:57 #

    http://marieturenne.wordpress.com/2014/05/18/deux-fantomes/

    Un petit poème et belle journée !

Trackbacks/Pingbacks

  1. Parce que le « Glamoule» se décline au masculin « - 18 mai 2011

    […] elles qui discutent entre copines de sujets aussi glamours que les marques de tampons ou les différentes techniques d’épilation… Les hommes sont plus secrets ! Avec leurs copains, il ne faut pas montrer leurs faiblesses ni […]

  2. Prenez-en de la graine bande de grosses ! « - 5 juin 2011

    […] Après vous être savamment épilée, reste le facteur crucial : avoir une silhouette de rêve pour entrer dans ledit maillot. Tous les magazines féminins vous conseillent alors un régime. Parce que vous êtes grosse, fatiguée, vieille, moche et déprimée MAIS en consommant des feuilles de carotte à chaque repas, tous vos soucis s’envoleront. […]

  3. Enquête intégrale et boules à zéro (1) « - 23 juin 2011

    […] je vous l’ai dit dans un précédent article, nous sommes conditionnés à penser que poil = sale = moche = caca. La preuve avec ces […]

  4. Chérie, tu fais quoi ? – CACA ! « - 5 janvier 2012

    […] Pour ce qui est des poils, je pense que mes lecteurs réguliers commencent à être suffisamment avertis sur le sujet, en raison des nombreux articles à caractère pileux précédemment écrits (comme celui là ou celui-ci et celui là aussi ou encore celui-là). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :